Portrait

Inspirée par les paysages de montagne et par les grands espaces, Pascale Perrier se nourrit de longues marches dans la nature pour donner chair à ses personnages. Au retour, elle couche ses idées sur le papier ou les confronte à celles de sa co-autrice – beaucoup de ses livres sont écrits en binôme, tant le partage est important pour elle.

En une vingtaine d’années, elle a écrit près d’une centaine de romans pour la jeunesse, largement couronnés par des prix littéraires. Elle aime les histoires qui bougent, gaies et enlevées, ou pleines de suspense et d’aventure. Toujours des histoires dans lesquelles on se retrouve. Qui ont du sens.

Enthousiaste, elle aime à rencontrer ses lecteurs partout en France pour des ateliers d’écriture ou des interventions ponctuelles. Elle a aussi mis en place des escape-game autour de plusieurs de ses livres, qu’elle anime avec grand plaisir.


Bonjour Pascale, pourquoi écrire ?

Pour plein de raisons, que je détaille ici par exemple. Ce qui me passionne dans l’écriture, c’est la fiction. Me mettre à la place d’un personnage, comprendre ses motivations, grandir à côté de lui… Écrire, c’est vivre dans un autre univers, c’est respirer autrement, se glisser au chaud dans le monde et s’y trouver bien.

100% évasion garantie, sans avoir besoin d’alcool ou de drogue !

Écrire c’est votre métier ?
Ça l’est devenu, mais pendant plusieurs années, j’étais aussi professeur-documentaliste en collège ou en lycée. J’écrivais le soir, le week-end, pendant les vacances, avec l’impression de voler du temps à toutes les autres activités. Mais cette course permanente devenait ingérable ; surtout que je devais décliner la plupart des propositions d’ateliers d’écriture et de rencontres. Il a fallu choisir, et j’ai quitté l’Éducation Nationale.

Bizarrement, je n’ai pas l’impression de courir moins. Il doit y avoir un truc qui cloche chez moi !

Sans regrets ?

Sans regrets, mais avec un petit pincement au coeur. J’adorais ce métier, j’adorais être entourée de livres, en conseiller… Maintenant, je suis encore entourée de livres, mais surtout des miens. Nettement plus égocentrique ! Bon d’accord, il y a aussi des dictionnaires, les livres des copains, d’autres lectures…

Heureusement, je vais souvent à la rencontre des lecteurs, respiration essentielle. Et, vous l’aurez compris, j’apprécie surtout quand les rencontres ont lieu dans les CDI ou les bibliothèques, même si j’ai maintenant un autre rôle !

Votre premier livre, c’était quand ?

C’était en 1999 (oui je sais, au siècle dernier, presque le temps des dinosaures). J’en ai parlé là. Le tout premier s’appelait « En scène les 5è », publié par Rageot. Il circule encore dans une édition en français facile, chez Didier. Une jolie première expérience, que j’ai eu envie de renouveler ! 

Combien de livres au compteur ?

Je ne sais pas, j’ai arrêté de compter. Tous les livres (ou presque) sont présentés sur cette page.

Chacun est une expérience particulière, un nouveau défi que je me lance. Il s’agit de trouver le bon ton, qui correspond à ces personnages, à cette histoire. A chaque fois, des doutes et des questions surgissent. A chaque fois, c’est difficile – et formidable.

Et concrètement, où habitez-vous ?

Au quotidien, je vis dans une grande maison remplie d’enfants (j’en ai quatre, imaginez-vous) en région parisienne. La forêt est juste au bout de la rue, mais j’aimerais en profiter plus souvent. Marcher m’aide souvent à clarifier mes idées. Une forêt, comme un livre en train de s’écrire, vit et change au fil des jours et des saisons.

On peut vous poser d’autres questions ?

Cliquez là pour entrer en contact avec moi. Au plaisir de vous parler !